mardi 1 novembre 2016

Dans la douceur d'un soir de Toussaint


La ville de Valence s'éteint doucement, le campanile de l'Hôtel de Ville s'offre un écrin de nuages rosés. Qui aurait dit que j'aurais pu écrire la "douceur" en parlant du temps d'un jour de Toussaint ?
Après deux jours de travaux de peinture chez moi, je me suis offert le luxe d'une petite balade au bord du Rhône, à la fin du jour, lorsqu'il n'y a déjà plus assez de lumière pour faire des photographies, enfin juste assez...












Le chemin lui même est baigné de douceur.

4 commentaires:

brigitte celerier a dit…

la beauté de la lumière se préparant à mourir

Françoise Dumon a dit…

C'est celle que je préfère.

Tilia a dit…

Pas encore l'heure bleue, mais presque.
L'heure rose, celle de la tendresse avant le mystère de la nuit naissante.

Françoise Dumon a dit…

Il faut bien une compensation, la nuit revient si vite...