dimanche 7 juin 2015

Samedi au jardin... dans le Parc Jouvet


Scène de photographie de groupe très bucolique au pied de l'une des œuvres participant  au festival "Itinerrances des poissons rouges - http://www.lesitinerrances.fr/ . Merci à l'auteur de l’œuvre "un cercle presque vicieux", Antoine Abel, de s'être identifié, j'avais vainement cherché sur place et sur le Net quels étaient les auteurs des œuvres exposées dans le parc Jouvet.  

J'ai trouvé que ces jeunes filles semblaient échappées d'une peinture pré-raphaélite, non ?



Il faisait chaud, très chaud, hier, comment résister à l'appel de l'eau fraîche des bassins, un court instant.

La visite du Parc Jouvet s'inscrivait dans la manifestation "Rendez-vous aux jardins" - elle était articulée autour de lectures de textes qui avaient tous le Parc Jouvet comme ligne directrice. 



Notre guide lit le poème de Verlaine, "Green" : 
"Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous." ...
devant le monument « Amour et Servitude » de Marcel-Jacques, inspiré par ce poème.








Parmi les autres textes, la nouvelle "Yvette" d'Elsa Triolet qui a le parc en toile de fond, "Les six compagnons et le mystère du Parc",  des poèmes de Jean-Marc Bernard, tombé durant la "grande guerre" et dont le nom figure sur le monument aux morts, et de Louis Gallet dont le monument a été transféré du Champs de Mars sous les ombrages du Parc, après les travaux du parking sous-terrain qui a modifié l'allure de l'esplanade, j'y reviendrai. (voir ICI)


----------------------------------------------------------

3 commentaires:

brigitte celerier a dit…

le guide ressemble à une de mes nièces bienaimées
et le nom de la manifestation est charmant

Françoise Dumon a dit…

Notre guide était (est) charmante elle aussi,tout comme la déambulation dans le parc.

Antoine ABEL a dit…

Salut, salut, je suis l'auteur de l'oeuvre en haut de page, je vous remercie de participer à sa visibilité, je vous invite à mentionner son nom ainsi que le mien : "un cercle presque vicieux" ABEL Antoine.
Bonne continuation.