mardi 17 avril 2018

Les canaux de Valence - suite - entre privé et public - ville et "campagne"

























Deux photographies prises avant 
le début de la visite organisée par le service  Patrimoine de la Ville de Valence, avec une partie plus "urbaine" des canaux : le canal des Moulins, à gauche rue Châteauvert et à droite parking Chamfort. Une partie des 40 kilomètres de canaux qui traversent la ville jusqu'au Rhône est donc urbaine et pour beaucoup couverte. 
La balade  nous a emmenés plus loin, jusqu'aux canaux des Malcontents et de la Grande Marquise, là où ils se font plus champêtres entourés de jardins et sont en partie privés,


 



















berges privées, qui longent les jardins. Certains canaux sont même inaccessibles aux promeneurs.



  
Depuis la berge "publique" vue partagée sur mon autre blog, pour présenter la flore, ici le petit rubanier, mais qui montre aussi l'intérêt de ces canaux préservés depuis le Moyen-Age, vrais poumons verts de la ville.  
La balade nous a menés jusqu'au parc de la Grande Marquise 


 où les pelouses accueillaient les familles en ce dimanche ensoleillé. Nous avons ensuite longé à nouveau des parties plus "urbaines" des canaux, chemins de Robinson, de Laprat,  jusqu'au retour au parc.
Fin de la visite...

********************** 
Pour résumer : sur les 40 kilomètres estimés, environ 17 kilomètres peuvent être suivis à l'air libre. L'eau vient du Vercors et sort en résurgences discrètes. Elle est courante et conserve une température constante, et fraîche, sur tout l'année. C'est pour cela qu'elle permet la permanence de la végétation l'irrigation des jardins. 
J'avais déjà présenté une autre partie des canaux en 2016, et notamment :
  • les lavoirs - nous en avons vu quelques uns ici aussi,  en particulier ceux constitués d'un cadre métallique qui recevait des planches et un autre bâti qui  conservait l'encoche pour le savon de Marseille.
  • des usages des canaux, notamment pour les riverains 

2 commentaires:

brigitte celerier a dit…

charme fou

Françoise Dumon a dit…

J'ai bien fait de faire la balade en avril plutôt qu'en février comme prévu au départ...